Nouvelles : Une femme de 18 ans agressée sexuellement pendant son enfance s'habille en bébé afin de “réclamer son enfance”
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Une femme de 18 ans agressée sexuellement pendant son enfance s'habille en bébé afin de “réclamer son enfance”

Un mode de vie particulier.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
5 5 Partages

Tori Hart porte des couches toute la journée parce qu'elle vit comme un bébé, même si elle a 18 ans. Elle boit à la bouteille, suce une tétine, s'habille dans des pyjamas une pièce, parle en bébé et écoute des dessins animés. 

Il s'agit d'un jeu de régression, souvent associé au BDSM. S'il existe une distinction entre les fétichistes des couches-culottes (dits DL pour Diaper Lovers, en anglais) et les personnes aimant être infantilisées, les bébés adultes (AB pour Adult Babies, en anglais), Tori est clairement les deux. 

Tori Hart travaille dans un restaurant de type fast food. Mais dès qu'elle le peut, elle vit en bébé. Elle a expliqué qu'elle a été agressée sexuellement quand elle était petite et qu'elle n'a jamais vraiment eu d'enfance. Elle a fait une dépression très jeune, des crises d'anxiété et elle a même eu des problèmes alimentaires. Son jeu de régression lui permet de réclamer ces années perdues en quelque sorte. 

Tori n'a pas de petit ami ou de «papa» pour s'occuper d'elle, mais elle a un «babysitter» qui vient lui changer la couche et la punir quand elle a un mauvais comportement ou la récompenser avec des sorties comme aller au cinéma. 

Dépendant des jours, Tori peut avoir entre un an et dix ans, mais l'âge qu'elle préfère avoir est trois ans. Voici comment elle explique ce qu'elle vit.

«L'idée est de se soumettre à quelqu'un et de lui donner le pouvoir d'être responsable de son bien-être. Si je suis avec un partenaire, je lui demande: "Puis-je faire ça?" ou "Puis-je le porter aujourd'hui?". Je parle avec ma "voix de bébé" et si je suis contrariée je vais pleurer ou avoir une crise de colère. Je rampe et roule aussi.» 

«Je n'ai pas de parent pour le moment donc normalement je le fais tout seul après le travail. Je vais m'habiller en pyjama une pièce et me détendre en regardant la télé. J'utilise ma bouteille et mange des pépites de poulet en forme de dinosaures et je prends des photos pour Instagram. Je vais aussi au lit tous les soirs avec une tétine et cela m'aide à dormir parce que je fais de l'insomnie. Une nuit, je suis allée à la maison d'un ami et je ne pouvais pas dormir sans elle.»

«Je porte des couches et je fais mes besoins dedans, mais seulement le numéro un. Il y a des gens qui en font plus mais ce n'est pas pour moi. Je n'aime pas cette partie, c'est trop. C'est très apaisant et réconfortant. Vous vous sentez très bien et comme si vous étiez complètement chaud, content et heureux. J'oublie tout le reste du monde.» 

«Quand je suis dans cet espace, je ne fais rien de sexuel. Ça peut être une chose sexuelle, mais je pense que c'est plus une façon de m'exprimer pour moi.»

«Cela me donne l'impression de recommencer mon enfance et de refaire tout ce que je n'ai pas pu faire la première fois.»

Tori est persuadée que ce mode de vie la rend plus forte, plus confiante et plus heureuse. Elle a même abandonné sa médication. 

Mais elle est contente de pouvoir compter sur l'ouverture de sa famille. 

«Une fois, ma mère a trouvé une couche, alors nous en avons parlé. Elle a dit: "C'est bien, assures-toi de nettoyer après toi". J'étais inquiète au début de ce que les gens penseraient. Il y a beaucoup d'idées fausses, comme que c'est de la pédophilie. Les gens disent que c'est bizarre et grossier et que ce n'est pas correct. Beaucoup de gens jugent et assument le pire. Malgré les stéréotypes et la stigmatisation que nous sommes des pédophiles effrayants, nous ne le sommes pas. Si vous nous connaissez, nous sommes gentils, des gens normaux. Si vous n'aimez toujours pas ce que nous faisons ou si vous ne l'acceptez pas, c'est correct. Mais vous ne me voyez pas venir en disant: "Vous ne faites pas ça?! C'est bizarre." Je suis juste là à vivre ma vie et à faire ce que j'aime. Je ne mérite pas la haine.»

Partager sur Facebook
5 5 Partages

Source: Daily Mail
Crédit Photo: Capture d'écran