Nouvelles : Une grand-mère de 67 ans devient une dominatrice sexuelle professionnelle après son divorce.

Une grand-mère de 67 ans devient une dominatrice sexuelle professionnelle après son divorce.

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
124 124 Partages

Sherry Lever est une grand-mère de 67 ans qui vivait une vie rangée avec son mari, à Swindon, en Angleterre. 

Mais depuis leur divorce, après 25 ans de mariage, Sherry a complètement changé sa vie. Elle a d'abord commencé par arrondir ses fins de mois en faisant des appels érotiques. 

« Après mon divorce, je me sentais inutile. Je n'avais pas d'argent et aucune confiance en moi. Alors j'ai commencé à faire des appels érotiques. Ma fille Amy, qui a 30 ans, pensait que c'était une excellent idée », a expliqué Sherry.

« J'ai réalisé que j'étais bonne là-dedans et après une semaine, les hommes me suppliaient de leur crier dessus et de les insulter. C'est ce que j'ai fait et c'était vraiment excitant. »

Après trois mois, Sherry recevait son premier client à la maison. Elle était habillée en femme de ménage sexy avec des talons hauts. Elle l'a enfermé dans une pièce, elle lui a fouetté les fesses et lui a ordonné de nettoyer sa cuisine. À la fin, c'est le client qui a payé quelques centaines de dollars la belle Sherry pour cette soirée inusitée. Et Sherry a tellement aimé ça qu'elle a décidé d'en faire son emploi à plein temps. 

Sherry se fait maintenant appeler Maîtresse Sophia, s'habille en PVC et en femme de ménage sexy pendant que des hommes lui donnent de l'argent pour faire son ménage! 

Certains ont même fait ses planchers habillés en cochon en dansant sur la trame sonore de Casse Noisettes. 

Maîtresse Sophia a même déjà promené un homme habillé en chien au bout d'une laisse! 

« La plupart des femmes de mon âge ont pris leur retraite, mais moi ma vie ne fait que commencé! », a lancé la sexagénaire en entrevue. 

Maîtresse Sophia reçoit maintenant des clients de tous horizons, âgés entre 19 ans et 84 ans. 

« J'ai puni toutes sortes de gens, des barristas aux chirurgiens. J'ai pour 9 000 $ d'équipement. Les hommes me visitent parce qu'ils ont besoin d'être déstressés, ils ont besoin d'évacuer. Si pour certains c'est un fantasme sexuel, pour d'autres la douleur est simplement relaxante », explique-t-elle. 

Mais il n'y a pas de relation sexuelle entre la maîtresse et ses soumis même si Maîtresse Sophia accepte que les fétichistes des pieds jouent avec les siens. 

Partager sur Facebook
124 124 Partages

Source: Daily Mail · Crédit Photo: Capture d'écran