Nouvelles : Une mère est complètement démolie en découvrant que des photos de sa fille servent à promouvoir l'avortement

Une mère est complètement démolie en découvrant que des photos de sa fille servent à promouvoir l'avortement

Elle a eu le coeur en miettes.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,439 1.4k Partages

Même si l'on parle beaucoup d'intimidation de nos jours, il y a encore des actes qui dépassent les limites de l'acceptable. Parlez-en à Natalie Weaver!

Cette mère américaine a eu le coeur en miettes quand elle a découvert que des gens utilisaient l'image de sa fille Sophia pour faire la promotion de l'avortement. 

Sophia, 9 ans, souffre du syndrome de Rett, une rare maladie génétique qui provoque un handicap mental et des atteintes motrices sévères, surtout chez les filles.

Natalie a donc signalé le message partagé sur Twitter, mais il ne contrevenait pas aux politiques en vigueur selon le média social. 

Mais Natalie n'allait pas baisser les bras. 

Conseillée par son amie avocate Julie Ross, Natalie a décidé de s'attaquer aux politiques en vigueur afin que soit reconnue la discrimination envers les personnes handicapées. 

Natalie a remarqué que les attaques envers les personnes handicapées se sont multipliées depuis l'élection de Donald Trump. Après tout, pourquoi respecteraient-ils les personnes handicapées quand leur propre président s'est moqué de l'un d'eux? 

«De plus, il y a des attaques extérieures contre mon enfant parce qu'elle est handicapée. "Tuez-la, mettez fin à sa misère", ce genre de choses. Vous avez donc ces attaques ignobles bien visible, mais aussi des attaques discrètes de notre administration envers les personnes handicapées et il semble donc que ce soit plutôt une expression ouverte de ce qui se passe tranquillement derrière des portes closes avec notre administration», déplore Natalie.

Mais Natalie va continuer de se battre. Pour sa fille, mais aussi pour toutes les personnes handicapées et celles qui le deviendront. 

«Ils m'attaquent et j'essaie de ne pas répondre, mais parfois il y a des jours où tu ne peux plus le supporter et j'ai l'impression de me battre pour eux aussi  et si quelque chose leur arrive demain, alors qu'ils m'ont dit de tuer mon enfant, je me battrai aussi pour eux, tout peut arriver à n'importe lequel d'entre nous et la santé devrait être un droit humain.»

Partager sur Facebook
1,439 1.4k Partages

Source: VT · Crédit Photo: Capture d'écran