Nouvelles : Une mère perd son mari suite à une terrible maladie. 7 mois plus tard, la tragédie frappe le bébé...

Une mère perd son mari suite à une terrible maladie. 7 mois plus tard, la tragédie frappe le bébé...

C'est très important!

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
174 174 Partages

Claire Delaney, une veuve de 37 ans, explique pourquoi il est important de prendre sa santé cardiaque à cœur.

« Le jour de la Saint-Valentin, mon mari Colin subissait une chirurgie pour remplacer sa valve mitrale. Une semaine plus tard, j’apprenais que j’étais enceinte de notre deuxième enfant, Colin allait mieux, tout semblait parfait.

Mais notre bonheur s’est entaché quand Colin a commencé à se sentir mal. On pouvait entendre le son de sa valve dans sa poitrine.

En mai 2008, trois mois après la chirurgie, Colin ouvrait les rideaux de notre chambre et est tombé sur le lit, disant qu’il étouffait. Quelques minutes plus tard, il vomissait du sang et notre fils de 3 ans, Cameron, a tout vu.

Mon mari est mort quelques heures plus tard. Il a développé une infection au cœur et la valve est sortie.

Il n’avait que 29 ans. J’étais une mère veuve, enceinte de trois mois. La naissance à venir me donnait quelque chose à me raccrocher et Gabrielle est née en octobre 2008.

Elle semblait en santé, mais quatre jours plus tard, on l’a diagnostiquée avec un syndrome d’hypoplasie du cœur gauche, signifiant que seulement la moitié de son cœur fonctionnait. Elle avait besoin d’une transplantation, mais comme elle ne pesait que 2,7 kilos à la naissance, elle n’était pas assez forte.

Emmenée à l’Alder Hey Hospital de Liverpool, des chirurgiens ont essayé d’insérer un ballon dans sa valve aortique pour lui donner une chance. Mais elle n’allait pas mieux et perdait plus de poids.

 Il n’y avait pas grand-chose que les médecins pouvaient faire. Je n’arrivais pas à le croire. Pourquoi moi ? Pourquoi est-ce que cela m’arrive encore ?

Gabrielle a été emmenée dans un centre de soins palliatifs pour enfants, pour y mourir. Je l’ai habillée avec une grenouillère rose pour le départ. Elle a passé la nuit, mais est décédée le 18 décembre. Elle n’avait même pas 9 semaines.

C’est difficile de dire à quel point mon deuil a été difficile, de les perdre tous les deux à 7 mois d’intervalle.

Je devais rassembler toutes mes forces pour me sortir du lit chaque matin. Les semaines et les moins qui ont suivi notre tragédie étaient sombres. Seul mon amour pour Cameron et l’aide de ma famille me permettait d’avancer. Il y avait des moments où je voulais mourir.

Trois ans après les avoir perdus, Cameron a reçu un diagnostic de problème de valve similaire à celui de son père et pourrait avoir besoin d’une chirurgie, un jour. C’est difficile, mais je suis déterminée à garder mon fils en forme et en santé pour être sûre qu’il aille bien, on a déjà trop perdu.

Aujourd’hui, il a 12 ans, adore le sport et courir avec ses amis, même s’il a un trouble obsessionnel compulsif et qu’il a pensé à la mort après tout ce qu’on a vécu.

J’ai la chance d’avoir trouvé à nouveau le bonheur avec Tom, un vieil ami d’école. Il comprend le deuil que j’ai vécu, il a perdu sa fille quand elle n’avait que sept semaines à cause d’un problème du tronc cérébral.

Nous sommes mariés et avons une fille de quatre ans nommée Ava.

Il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à Colin et Gabrielle.

J’incite les gens à faire examiner leurs cœurs. Une détection précoce est vitale quand vient le traitement. J’espère que la prochaine étape sera d’examiner régulièrement les nouveau-nés pour des malformations cardiaques.

Partager sur Facebook
174 174 Partages

Source: Mirror · Crédit Photo: Andy Stenning/Sunday Mirror