Nouvelles : Une Montréalaise défigurée par un pitbull ne veut pas les bannir, voici ce qu'elle suggère.

Une Montréalaise défigurée par un pitbull ne veut pas les bannir, voici ce qu'elle suggère.

C'est arrivé il y a 30 ans, voici ce qu'elle suggère aujourd'hui

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
485 485 Partages

Alors qu’elle a été défigurée par un pitbull alors qu’elle avait à peine 7 ans, Emmanuelle Cossette s’oppose à leur bannissement.

« J’écoute ce qui se dit aujourd’hui, les solutions que les gens et les politiciens présentent pour gérer les pitbulls, sont presque les mêmes, mot pour mot, que ce qu’on disait il y a 30 ans. C’est hallucinant parce que les drames se succèdent, mais rien ne change, » dit-elle, le ton teinté d’émotion.

Elle venait de fêter son 7e anniversaire quand le pitbull de son oncle l’a attaquée au visage, sans prévenir.

L’incident fut bref, mais le chien lui a quand même arraché la joue et l’a laissée avec une cicatrice de greffe ainsi que les séquelles de l’attaque, pour le reste de ses jours.

Afin de mettre en lumière l’inaction de Québec et des municipalités concernant les chiens dangereux, elle a ressorti Le Journal de Montréal, daté du 16 mars 1988, où il y avait un retour de son incident. On pouvait d’ailleurs lire sur la une : « Emmanuelle, dernière victime d’un pitt-bull ? » et « Vers une législation sur les chiens d’attaque ».

« La semaine dernière, une femme est encore morte d’une attaque de pitbull. À l’automne dernier, Vanessa Biron a aussi été défigurée par ce type de chien. Elle avait sept ans et maintenant elle va vivre la même horreur que j’ai vécue il y a des décennies. Quand est-ce que ça va arrêter ? » demande Mme Cossette.

Bien qu’elle ait espéré que ces chiens soient bannis de la province, elle croit maintenant qu’une loi de cet acabit serait inutile et inapplicable.

« Après l’attaque, j’en voulais à tous les pitbulls. Je voulais presque prendre un fusil et tous les tuer. Mais à un moment j’ai compris que le problème est beaucoup plus large que juste la race des pitbulls. Je serais très déçue si on pointait juste ces chiens du doigt et qu’on les bannissait, » ajoute-t-elle.

Mme Cossette encourage plutôt les politiciens à se tourner vers une obligation de propriétaires de chiens d’obtenir des permis et faire suivre des cours d’obéissance à leur animal. Elle suggère aussi le port de la muselière en dehors de la maison.

Elle ajoute aussi que tout propriétaire dont le chien attaque et blesse une personne puisse être poursuivi au criminel par la victime.

« Les victimes d’attaques ont très peu de recours contre les propriétaires de chiens et ne sont presque jamais indemnisées, » dit-elle.

En l’absence d’organisation regroupant et représentant les victimes d’attaques animales, Mme Cossette a fondé le Mouvement pour un Québec canin sécuritaire.

Leur but est de faire valoir leur point de vue auprès des politiciens, afin qu’ils encadrent mieux toutes les races de chiens, pas seulement les pitbulls.

Comme en Ontario, le gouvernement Couillard songe à bannir les pitbulls et annoncera de nouvelles réglementations d’ici la fin de l’été.

Le ministre des Affaires municipales et ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a indiqué hier que le gouvernement et les municipalités québécoises espèrent trouver une solution d’ici août afin d’encadrer les chiens dangereux, tels les pitbulls.

Le maire de la Ville de Québec, Régis Labeaume, n’a pas attendu et a agi sans attendre contre cette race controversée. Il avait promis la semaine passée de se pencher sur le problème, or, hier, il a annoncé que dès le 1er janvier 2017, les pitbulls seraient interdits sur le territoire de la Vieille Capitale.

Cette annonce n’a pas été sans heurts et lui a valu une pluie d’insultes sur les réseaux sociaux. Certains internautes l’ayant même menacé de mort.

Francis Gingras écrivait d’ailleurs « Mon chien va tmange mon sale trou cul a marde ».

Du côté de Montréal, les citoyens devront encore patienter, car le maire Denis Coderre n’a toujours pas annoncé sa volonté d’agir prochainement afin d’encadrer les animaux dits dangereux.

Partager sur Facebook
485 485 Partages

Source: journaldemontreal.com/2016/06/17/defiguree-par-un-pitbull-elle-ne-veut-pas-bannir-ces-chiens · Crédit Photo: iStock