L'armurière qui a été impliquée dans l'affaire entourant Alec Baldwin brise le silence.

Voici ce qu'elle avait à dire pour sa défense.

Ayoye

L'armurière de 24 ans qui était responsable des armes à feu sur le tournage du film Rust a publié une déclaration concernant l'incident dans lequel le comédien Alec Baldwin a été impliqué.

C'est par l'intermédiaire de ses avocats qu'Hannah Gutierrez-Reed a publié une déclaration indiquant qu'elle n'est pas à blâmer dans cet incident qui a coûté la vie d'Halyna Hutchins, la directrice de photographie qui a été tuée accidentellement par Alec Baldwin lors d'une répétition pour une scène.

Dans cette déclaration, les avocats d'Hannah Gutierrez-Reed ont assuré qu'elle avait veillé sur la sécurité des membres de l'équipe, tout en précisant qu'elle était également une "assistante" pour le département des accessoires, ce qui lui a parfois compliqué la tâche afin de se "concentrer" sur les armes: "En fin de compte, ce tournage n’aurait jamais été compromis si des munitions actives n’avaient pas été introduites. Hannah n’a aucune idée d’où viennent ces munitions. Hannah et l'équipier en chef ont pris le contrôle des armes à feu et elle n’a jamais vu personne tirer des balles réelles avec ces armes et elle ne le permettrait pas non plus."

Les avocats ont poursuivi en ajoutant: "Elle s'est préparée pendant des jours pour entretenir les armes et elle a pris le temps nécessaire pour se préparer aux coups de feu, mais tout ça a finalement été annulé par la production et son département. L'ensemble de la production est devenu dangereux en raison de divers facteurs, notamment l’absence de réunions de sécurité. Ce n’est pas la faute d’Hannah."

Rappelons que mercredi dernier, un mandat de perquisition qui a été publié a révélé comment l’arme s'est rendue dans les mains de Baldwin.

Le mandat indiquait entre autres qu'Hannah Gutierrez-Reed s'était assurée qu'il n'y avait aucune munition active: "Elle a dit que lorsque l’équipe est partie pour déjeuner, les armes à feu ont été reprises et sécurisées à l’intérieur d’un coffre-fort d'un camion sur le plateau. Pendant le déjeuner, elle a dit que les munitions avaient été laissées sur un chariot sur le plateau et non sécurisées. Après le déjeuner, Sarah Zachary [la gestionnaire immobilière] a sorti les armes à feu du coffre-fort à l’intérieur du camion et les lui a remises. Elle a indiqué qu’il n’y avait que quelques personnes qui avaient accès au coffre-fort et à la combinaison."