Vidéos : La maman pleure la disparition de son fils de 4 ans. 25 ans plus tard, quand un homme cogne à sa porte, elle fond en larmes!

La maman pleure la disparition de son fils de 4 ans. 25 ans plus tard, quand un homme cogne à sa porte, elle fond en larmes!

25 ans plus tard, on cogne à sa porte et elle fond en larmes!

Publié le par Ayoye dans Vidéos
Partager sur Facebook
601 601 Partages

Saroo, un jeune garçon indien de quatre ans, vivait avec ses parents et ses trois frères dans un petit village en Inde. Sa mère pleure souvent car ils ont des difficultés financières et un jour, il va avec son grand Frère, Guddu, ramasser de la monnaie dans le train et mendier. C’est ce jour-là que sa vie basculera du tout au tout.

Son frère s’absente, lui disant de rester là, qu’il va revenir. Le petit Saroo s’assoupit, mais lorsqu’il s’éveille, il est dans un wagon vide et ignore où il se trouve.

Le jeune garçon ne sait ni lire, ni écrire, ni compter. Il ignore le nom de sa ville et de sa région, mais aussi son nom de famille ! Il est impossible donc de joindre ses parents ! Saroo se retrouve donc à mendier dans les rues… de Calcutta.

Un adolescent le remarque tandis qu’il erre dans les rues et le conduit dans un orphelinat où il sera recueilli, considéré comme un enfant perdu. Une famille australienne l’adopte et sa vie change du tout au tout, plus de dangers, plus de soucis…et il se retrouve loin de tout ce qu’il connaît, mais surtout de ses parents qui lui manquent terriblement.

Sa mère, quant à elle, cherche ses deux petits garçons et entre dans des démarches dont elle ne voit la fin, mais rien n’y fait. Elle ne peut que les pleurer…

En Australie, la mère adoptive de Saroo place au mur de sa chambre une carte de l’Inde, afin qu’il continue de savoir où se trouvent ses racines. Devant la carte de son pays natal, des questions surgissent dans son esprit : où se trouve sa famille ? Que sont-ils devenus ?

À l’âge adulte, après des années de recherche de sa famille, il tente le coup avec Google Earth et pendant des jours il zoome et dézoome les environs de Calcutta, espérant trouver quelque chose de familier.

Il remarque un jour un pont près d’une usine, aux abords d’une rivière et reconnaît l’endroit où il a perdu son frère ! Ça y est ! Le puzzle commence à s’assembler et il repère une fontaine où il s’est blessé il y a vingt-cinq ans. Il a retrouvé son village natal : Ganesh Talai.

Alors Saroo se rend en Inde et suit la ligne de train menant à son village natal. Il commence à retrouver des souvenirs.

« J’en ai pleuré tant les flash-back étaient puissants, » dit-il.

Il arrive finalement devant la porte de la maison où il a grandi et son cœur bat à tout rompre. Le reconnaîtront-ils ?

Devant la maison, il voit trois femmes et l’une d’elles s’approche avant de le serrer dans ses bras, le reconnaissant immédiatement. C’est sa maman. Elle explique d’une façon joliment imagée : « La joie dans mon cœur était aussi profonde que l’océan. »

Suite à tant d’années de recherches, Saroo a du mal à y croire, qu’après s’être perdu dans Calcutta et vécu si loin d’eux, il arrive à retrouver les siens. Enfin, presque tous. Car son frère qui l’accompagnait a été retrouvé mort sur les rails, un mois après sa disparition, visiblement écrasé par un train. Or, Saroo se rend compte de sa chance, ayant retrouvé les autres membres de sa famille.

« C’était une aiguille dans une botte de foin, mais l’aiguille était là. Tout était là ! Il ne fallait que de la volonté et de la détermination ! »

Depuis, il aide sa famille en envoyant de l’argent tous les mois pour que sa mère puisse se reposer.

Ici, les jeunes enfants jouent avec leurs jouets et leurs copains, ils font des dessins, s’amusent quoi, alors qu’en Inde, ils mendient afin d’aider leur famille à y arriver. 

Voyez ici la vidéo de son périple:  

Partager sur Facebook
601 601 Partages

Source: feroce.co/saroo-brierley · Crédit Photo: Capture d'écran YouTube