Bloqueur de pub détecté

C’est grâce aux publicités que nous pouvons vous offrir le contenu que vous aimez tout à fait gratuitement. Pour continuer à voir le contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités SVP.

Éclipse solaire totale du 8 avril: Inquiétude autour de certaines lunettes de protection vendues au Québec

Faites attention à ce que vous achetez!

Maxime Albors

Alors que l'éclipse solaire totale du 8 avril fait couler beaucoup d'encre depuis plusieurs semaines au Québec, des lunettes de protection vendues dans la province suscitent une certaine inquiétude, rapporte Le Devoir.

Le quotidien indique que des lunettes de protection vendues chez Canadian Tire et à la Maison de l’astronomie inquiètent la Fédération des astronomes amateurs du Québec (FAAQ). En entrevue avec Le Devoir, le Dr Ralph Chou, de l’Université de Waterloo, affirme craindre qu'elles ne soient pas en conformité avec la norme ISO 12312-2. 

« L’étiquetage ne respecte pas du tout les exigences d’un appareil certifié », indique cet optométriste spécialiste de la sécurité des yeux, à propos de lunettes de protection vendues chez Canadian Tire et fabriquées en Chine.

« Comme le manufacturier chinois n’est pas identifié, il n’y a pas moyen de le contacter et de vérifier si des tests ont été faits pour s’assurer que le produit respecte les standards de sécurité », souligne-t-il.

Crédit photo: Adobe Stock

Cindy Hoffman, directrice des communications de Canadian Tire, affirme que ces lunettes « sont certifiées conformes aux normes ISO » en précisant que « la sécurité des clients est prioritaire pour Canadian Tire ».

La Maison de l’astronomie a déjà vendu les mêmes lunettes, mais ne le fait plus maintenant. Henri-Julien Chartrand, directeur du développement des produits de la boutique, assure qu'elles sont sécuritaires. 

Pour la FAAQ, il vaut mieux être prudent en cas de doute. « Quand on nous demande où acheter des lunettes, on renvoie au site d’Éclipse Québec, créé en collaboration avec d’autres organisations justement pour diriger les gens aux bons endroits », explique le directeur général de la FAAQ, Jasmin Robert.